Informations sur le festival

Informations sur le Festival :

- Il se déroulera à la
Maison de l'Europe situé au Lac des Sapins, coté digue à Cublize (69550) à environ une heure de Lyon,
- L'entrée est gratuite,
- Le parking est gratuit, le festival se trouve du côté digue,
- Il n'y a aucune restriction au niveau des BDs emmenées par les visiteurs,
- Pour les auteurs qui viendront à cette édition 2018 vous pouvez vous fier à la liste "auteurs 2018", sur la droite, qui est maintenue à jour régulièrement,
- Les horaires de dédicaces sont, sous réserve, 14h30 - 18h00 le samedi et 10h00 - 12h00 puis 14h30 - 17h30 le dimanche,
- Une buvette sera tenue.

lundi 13 février 2012

Jean Sébastien Bordas



Jean-Sébastien est né en 1980 à Paris.

Très vite son destin l'entraînera à Lyon, puis Mexico, Annecy, pour revenir à Paris pour passer son Bac. Après un an de prépa à l'ESAG (Ecole Supérieure d'Arts Graphiques), il entre aux Gobelins. Il pratique le 9ème art depuis l'âge de cinq ans (! !) et l'envie d'en faire son métier lui est venue vers 17 ans en lisant les albums de Fred ou de Loisel. Il a d'abord envoyé ses planches aux éditeurs par courrier, puis profitant de la présence de Guy Delcourt au festival "Quai des Bulles de St Malo", il lui a directement présenté les 14 premières planches du « Dr Héraclius Gloss », et le contrat a suivi très vite ! Ses influences vont de Blain ou Munoz à De Crécy. Il vient de publier le tome 1 du "Recul du fusil" dont le titre est "Les chambres" qui est édité par Quadrants.

L'histoire :

Fernand Tormes est un jeune paysan provençal élevé seul par sa mère. De ses escapades marseillaises, Fernand a appris les codes de la rue, mais c’est aussi en gardant les chèvres qu’il a forgé sa personnalité. Grand lecteur, il s’est bâti une culture d’autodidacte, montre un caractère indépendant et solitaire. Un peu rêveur, sérieusement velléitaire, il monte à Paris pour y poursuivre des études de médecine chèrement réclamées. Il y découvre les filles, les fêtes estudiantines, la France du Front populaire, la crise, la montée pressante du nazisme.

Le voisin ibérique est mis à mal et toute une partie de la gauche française vit la guerre civile espagnole de façon très violente ou passionnelle. Fernand se lasse de ses échecs amoureux ; et si, lui aussi, s’engageait dans les Brigades internationales…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire