Informations sur le festival

Informations sur le Festival :

- Il se déroulera à la
Maison de l'Europe situé au Lac des Sapins, coté digue à Cublize (69550) à environ une heure de Lyon,
- L'entrée est gratuite,
- Le parking est gratuit, le festival se trouve du côté digue,
- Il n'y a aucune restriction au niveau des BDs emmenées par les visiteurs,
- Pour les auteurs qui viendront à cette édition 2019 vous pouvez vous fier à la liste "auteurs 2019", sur la droite, qui est maintenue à jour régulièrement,
- Les horaires de dédicaces sont, sous réserve, 14h30 - 18h00 le samedi et 10h00 - 12h00 puis 14h30 - 17h30 le dimanche,
- Une buvette sera tenue par un Sous des écoles.


Merci à nos partenaires officiels :
La COR, le Département du Rhône, la librairie Develay, le lycée agricole Cibeins, la radio RVR, Babélio et le cinéma Jacques Perrin de Tarare.
Merci à nos partenaires scolaires

dimanche 17 février 2019

Philippe Vandaële

Sa bio
Philippe Vandaële est un dessinateur de bande dessinée et illustrateur.
Après ses études, il rejoint le studio Sugar qui deviendra au fil des années Sugar Comga et qui avait parmi ces membres par exemple Nathaniel Legendre, Jean-Marie Minguez où encore François Debois.
Après plusieurs publications dans Comic box (illustrations et courte histoire nommée Chrome) ou les publications Semic (illustrations, encrage et pages de BD) il contacte Jean-Luc Istin pour faire de l'encrage pour Soleil.
Finalement Philippe fera des tests aussi en tant que dessinateur et naîtra alors le projet qui aura « Alice Matheson » comme nom bien plus tard. Le premier tome de cette série avec Jean-Luc Istin au scénario et Jean Bastide à la couleur est sorti le 27 mai 2015.
(c) Babelio

Sa dernière BD
Alice Matheson, tome 1 Jour Z de Jean-Luc Istin et Philippe Vandaële chez Soleil Productions.

Sexy et brillante infirmière du St Mary Hospital de Londres, Alice Matheson pourrait être chirurgien, elle en a les capacités, les nerfs d'acier, le Q.I, mais ce serait s'exposer inutilement. Car Alice est un ange de la mort, une psychopathe froide et calculatrice qui assassine ses victimes parmi les patients en phase terminale de l'hôpital. Elle mène une double vie, qui se complique le jour où une de ses victimes se relève malgré la dose mortelle qu'elle vient de lui administrer. Londres vit alors les premières heures d'une épidémie d'un genre nouveau : les morts marchent. Et même pour un serial-killer, tout cela a quelque chose de perturbant. L'hôpital est sur le pied de guerre et ce n'est pas peu dire, l'armée investit aussi les lieux pour protéger les vivants des morts. L'hôpital s'organise pour traiter les patients et trouver une solution à l'épidémie. Avant le jour Z, Alice était une anomalie, désormais, les autres sont de pire en pire. Finalement, elle ne s'est jamais sentie aussi vivante qu'au milieu des morts.

samedi 16 février 2019

Serge Diantantu

Sa bio
Né à Mbanza-Ngungu, en République Démocratique du Congo, Serge Diantantu fréquente l'école primaire Saint-Pierre de Kinshasa. Pour sa formation secondaire, après un bref passage à l'internat de Kibemtele, il s'oriente vers la formation technique et professionnelle, à Mgombe-Matadi où il obtient un Brevet d'Aptitude Professionnelle en menuiserie et ébénisterie. Il s'inscrit ensuite à l'Académie des Beaux-Arts de Kinshasa où il réussit son Diplôme d'État, ou "bac", e, arts plastiques. Serge arrive en France en 1981 avec l'intention de continuer ses études universitaires. Mais, très vite, il se voit obligé d'abandonner sa filière d'hygiène et sécurité du travail, au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris, pour embrasser une carrière de décorateur pour la télévision et le cinéma, à la Société Française de Production (SFP°. Bouleversé par les ravages du sida dans le monde, Serge Diantantu met alors son talent au service de la prévention contre ce fléau. Il crée ainsi son premier album de BD, "Attention Sida", pour sensibiliser l'opinion sur les risques de cette épidémie et l'utilité d'adopter un comportement préventif pour éviter de tomber dans ses pièges assassins. L'estime suscitée par le succès de cet album encourage l'auteur à poursuivre dans la voie de la BD pour raconter la vraie histoire africaine, souvent mal connue, avec la sensibilité et le regard que seul un natif d'Afrique peut exprimer. Son style, le Mindélô, donne à son dessin toute son authenticité. Avec sa plume, Serge Diantantu retrace actuellement la vie de celui qui fut le plus ancien prisonnier d'opinion africain, Simon Kimbangu, dont la vie reflète le caractère de la colonisation au Congo Belge et en Afrique subsaharienne en général. Parallèlement, il se passionne pour la photo et la réalisation cinématographique et audiovisuelle. Il prépare actuellement le story-board de son dernier scénario afin de réaliser son premier long métrage.
© Site Auteur

Sa dernière série
Les vestiges des ancêtres, tome 1 de Serge Diantantu en auto-édition

Pendant près de quatre siècles, l'odieuse traite négrière fera la richesse de l'Europe, tandis que les Caraïbes et l'Amérique deviendront le point d’entrée d’une histoire dont on ignorait jusqu’ici le rôle et l’importance dans le vécu historique, social et culturel des esclaves.

En effet, les Africains ne sont pas arrivés les mains vides comme on serait tenté de le croire ou de le faire croire.Ils ont apporté avec eux leurs savoirs, leurs croyances, leurs coutumes, leurs rituels, leurs cultuels, leurs sentiments et leurs idiomes qui ont irradié et construit, pour partie, les sociétés Afro-caribéennes et Afro-américaines.

À travers la connaissance des plantes, l’agriculture, la musique, les contes… C’est tout un monde que l’on croyait enfoui qui émerge en force et vérité.
On ne saurait donc trop insister sur l’apport de l’Afrique dans le vécu quotidien des sociétés caribéenne et américaine pour exister et faire valoir, au fil du temps, leurs convictions et leurs succès.

Nous vivons dans un monde de plus en plus virtuel, l’Homme ne doit pas être oublié et encore moins nos ancêtres, victime de ce massacre reconnu crime contre l’Humanité.

L'objet de cette bande dessinée est de restituer cette part d'héritage partagée grâce aux vestiges des ancêtres.

jeudi 14 février 2019

Robin Walter

Sa bio
Robin Walter est né en 1979, en région parisienne. Dés son plus jeune âge, il s’amuse à redessiner les aventures de ses héros préférés, issus des dessins animés japonais de l’époque (Dragon Ball, Les Chevaliers du Zodiaque...). Dans les nombreux fanzines de BD qu’il propose alors régulièrement et uniquement à son plus jeune frère, il se découvre rapidement l’envie de raconter ses propres histoires. En grandissant, Robin va tenter de poursuivre son rêve de devenir auteur de BD. Tout en continuant son apprentissage du dessin, ce qui l’amènera deux ans à Paris (École Supérieure d’Art Graphique) et un an aux Beaux arts d’Angoulême, il se passionne pour le passé concentrationnaire de son grand-père, en l’accompagnant régulièrement en Allemagne, visiter les camps. C’est assez naturellement que Robin vient à écrire sur ce thème avec "KZ DORA".


Sa dernière BD
Maria et Salazar de Robin Walter chez Des Ronds dans l'O

Alors que les parents de Robin Walter revendent leur maison familiale de Champigny-sur-Marne, vient le moment pour tous de dire au revoir à Maria, leur femme de ménage et bien plus depuis plus de trente ans. Que va-t-elle faire, elle qui est venue du Portugal avec son mari comme des milliers de ses compatriotes, quelques décennies auparavant, fuyant ainsi la dictature de Salazar ?
Au travers de leurs souvenirs, le récit dépeint ce que fut la plus longue dictature de l'histoire moderne de l'Europe occidentale et l'immigration portugaise de masse qui en a découlé.

Retrouvez le sur www.robinwalter.fr

samedi 9 février 2019

Nesmo

Sa dernière série
Méto de Lylian et Nesmo chez Glénat

Ils sont 64 enfants, coupés du monde et surveillés de main de fer par les Césars. Le quotidien de Méto, Quintus et leurs camarades est régulé par des règles étranges et rigides. Aucun écart de conduite n’est toléré. Seule manière de survivre à ce quotidien : respecter le code de conduite, encore et encore. Lorsque Méto se voit confier la responsabilité de former le nouvel arrivant Crassus, il sait qu’il va devoir mettre les bouchées doubles pour ne pas être sanctionné. Tandis qu’il lui enseigne les règles de la maison, Méto débute une quête de la vérité : pourquoi personne n’a de souvenirs d’avant leur arrivée ? Pourquoi sont-ils ici ? Et surtout, qu’il y a-t-il à l’extérieur ?

mercredi 6 février 2019

Benjamin Blasco-Martinez

Sa bio
Né en 1990 à Montluçon, Benjamin Blasco-Martinez est originaire de Moulins ( 03) . Bac L en poche, il intègre l’école Émile Cohl à Lyon dont il sort diplomé en juin 2014. Passionné de western il rencontre la fille d’Albert Bonneau pour adapter la jeunesse de Catamount. C’est cette adaptation qu’il présente au jury de son école… et que repère Olivier Petit, directeur éditorial de Physalis. L’aventure en BD commence.


Sa dernière BD
L'homme de l'année tome 13 1888 de Céka et Benjamin Blasco-Martinez chez Delcourt

1888. Londres. Un mystérieux assassin s'attaque aux prostituées de Whitechapel. Les corps sont atrocement mutilés. Qui est capable de telles horreurs ? Scotland Yard échoue à arrêter celui qui devient le plus célèbre tueur en série de l'histoire. Un châle maculé de traces ADN nous permet de révéler, plus d'un siècle après l'affaire, l'identité du fameux Jack l'Éventreur et ce qui le poussait à tuer...